Autres Sacrements

« L'essentiel pour le bonheur de la vie, c'est ce que l'on a en soi-même. » Arthur Shopenhauer

Pour renseignements ou réservations, veuillez communiquer avec
Mme Daniela Staffa
au (514) 842-2925 poste 224
dstaffa@basiliquenddm.org.

La confirmation

Au Canada, la confirmation est proposée aux jeunes de 10 ou 11 ans ou aux adultes se sentant prêts. Ce sacrement est célébré par l'évêque ou son représentant. Il impose les mains sur le confirmand et lui fait une onction avec le Saint Chrême (huile sainte) en disant : « Sois marqué de l'Esprit Saint, le don de Dieu. »

La confirmation apporte croissance et approfondissement de la grâce baptismale (voir Actes 8, 14-17). Elle n'est reçue qu'une seule fois, comme le baptême. Elle raffermit le lien avec l'Église et accorde une force spéciale de l'Esprit Saint pour répandre et défendre la foi par la parole et l'action en vrais témoins du Christ.

Pour recevoir ce sacrement, communiquez avec le service de pastorale de votre paroisse. Si vous êtes de la paroisse Notre-Dame, veuillez communiquer avec nous.

L'Eucharistie

Tous les catholiques ayant déjà eu les rites d'initiation peuvent se présenter aux différentes messes que nous célébrons. Horaire des messes

Communion des malades : seuls les paroissiens de Notre-Dame peuvent profiter des services des prêtres de Notre-Dame. Les autres communiants doivent faire appel aux services pastoraux de leurs paroisses respectives.

L’essentiel de ce sacrement

Jésus dit : « Qui mange ma Chair et boit mon Sang a la vie éternelle. » Jean, 6,54.

L'Eucharistie est la source et le sommet de la vie de chrétienne. Cette célébration comporte toujours :

  • Une introduction.
  • Une liturgie de la Parole, Ancien Testament, Nouveau Testament et Évangile.
  • Une liturgie eucharistique, de louanges, d'action de grâces et d'intercessions avec la consécration du pain et du vin. La communion clôt cette partie.
  • Une conclusion : la bénédiction du prêtre et l'envoi dans le monde pour témoigner.

Le sacrifice

L'Eucharistie symbolise la Pâque du Christ, œuvre de salut rendue présente par l'action liturgique. C'est le Christ lui-même qui agit par le ministère des prêtres et la prière des fidèles, et offre le sacrifice. Le Christ est réellement présent sous les espèces du pain et du vin. C'est un sacrifice de louange et d'action de grâces.

Les bienfaits

L'Eucharistie est offerte en réparation des péchés des vivants et des défunts et pour obtenir de Dieu des bienfaits spirituels ou temporels.

L'état de grâce

Celui qui veut communier doit être en état de grâce. S'il est conscient d'avoir péché gravement, il doit recevoir l'absolution dans le sacrement de pénitence (confession). La sainte communion accroît l'union du communiant avec le Seigneur et renforce l'unité de l'Église, Corps mystique du Christ.

La Sainte Communion ne peut être reçue que par ceux qui ont la foi catholique dans la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie.

L'onction des malades

Pour recevoir ce sacrement, il faut appeler le prêtre de sa paroisse. « Le temps opportun pour recevoir la Sainte Onction est certainement arrivé lorsque le fidèle commence à se trouver en danger de mort pour cause de maladie ou de vieillesse ». Si vous habitez notre territoire paroissial, vous pouvez appeler un prêtre au 514-842-2925 ou au 514-849-1070. À l'hôpital, veuillez communiquer avec l'aumônier.

L’essentiel de ce sacrement

Avec l'huile des malades, le prêtre fait une onction sur le front puis sur les mains du malade en disant : « N., par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l'Esprit Saint »,
Le malade répond : « Amen »
Le prêtre ajoute : « Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu'il vous sauve et vous relève »
Le malade répond : « Amen »
Le texte biblique est tiré de la lettre de saint Jacques 5,14-15
« Si l'un de vous est malade, qu'il appelle ceux qui exercent dans l'Église la fonction d'Anciens (presbuter en grec, prêtre en français ) : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d'huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade ; le Seigneur le relèvera et, s'il a commis des péchés, il recevra le pardon. »

« Ce n'est pas la chair qui est réelle, c'est l'âme. La chair est cendre, l'âme est flamme. » Victor Hugo